Quelques jalons concernant l'histoire de l'école Saint-Anatoile...

 

Un grand merci à Eliane Santschi pour ses précieux renseignements !

 

Bien que des documents très anciens mentionnent déjà l'existence d'une école dans le voisinage immédiat de l'église St Anatoile, c'est en 1819 que l'ouverture de l'école a été reconnue officiellement, avec l'arrivée des soeurs de St Charles, une congrégation de Lyon. Cette école de filles était, paraît-il, renommée dans toute la région. Elle occupait un grand bâtiment qui n'existe plus aujourd'hui. On peut le voir sur des vieilles cartes postales, à l'emplacement de la maison Molinas (actuellement celle de Mr Claude Bouveret). Le bâtiment a été spolié par l'état en 1901, les religieuses ont été chassées. un cours complémentaire public s'est installé à leur place : l'école Wilson.

 

A côté de l'école St Charles, dans les locaux de l'actuel collège, existait aussi un orphelinat, probablement tenu par les soeurs St Charles. De 1901 à 1919, il ne reste que très peu de documents sur l'histoire de l'école que des dames laïques ont essayé de maintenir tant bien que mal dans le bâtiment à côté de l'église.

 

Après la première guerre mondiale, les relations entre l'Eglise et l'Etat sont moins tendues et les religieuses ont de nouveau le droit d'enseigner. C'est alors qu'arrivent à l'école, en septembre 1919, des religieuses (en civil bien sûr !) de la congrégéation diocésaine de Châtel. Quinze jours avant la rentrée, rien n'était prêt ! En hâte, le vicaire de la paroisse installe l'électricité. Dans un extrême pauvreté, Melle Legrand et Melle Berger, les deux personnalités les plus marquantes de cette congrégation ont dirigé l'établissement, éduqué chrétiennement et instruit plusieurs générations de salinoises.

 

En 1946 sonne pour ces pionnières l'heure bien méritée de la retraite. l'école va connaître un nouveau souffle avec l'arrivée d'une équipe de religieuses de St Joseph de Bourg-en-Bresse (en costume cette fois !). Celle-ci mettront toute leur foi et leur jeunesse au service des enfants et des jeunes filles de Salin-les-Bains et de la région, dans des conditions matérielles très difficiles puisque jusqu'en 1960, les écoles catholiques ne touchaient aucune subvention de l'état.

Parallèlement aux classes du collège s'est progressivement organisé un cours pour former les filles intéressées par le secrétariat ou la comptabilité. Ce cours a fonctionné pendant une quinzaine d'années et a rendu de grands services aux entreprises du secteur de Salins-les-Bains.

 

Avec le baby boom de l'après-guerre, les bâtiments à côté de l'église St Anatoile ne suffisent plus pour contenir le nombre croissant d'élèves. Surtout des internes, on en dénombrait une centaine !

C'est alors qu'une nouvelle page se tourne : en 1961, l'internat et la cantine vont déménager au Rayon de Soleil, pour laisser toute la place aux locaux scolaires à côté de l'église. Après 1965, la mixité s'introduit progressivement dans toutes les classes.

 

Vers 1970 commencent à s'organiser dans le canton et au-delà les ramassages scolaires. C'est le déclin et la fin de l'internat qui ne peut se maintenir avec un trop petit nombre de pensionnaires. Les religieuses de St Joseph quittent Salins-les-Bains en 1976.

L'école et le collège St Anatoile sont depuis cette date dirigés par des laïcs.

Le Rayon de Soleil n'est utilisé plus que pour la cantine et pour faire du sport.